Accueil / Actualités / PERFORMANCES OPÉRATIONNELLES DU PPDMVCC EN 2017 /

PERFORMANCES OPÉRATIONNELLES DU PPDMVCC EN 2017

Publié le 02 Jan 2019  

Projet d’Appui à la Production et à la Diffusion du Matériel Végétal Cacao / Café (PPDMVCC)

L’objectif du PPDMVCC en 2017 était de contribuer à l’accroissement de la production du cacao et des cafés à travers l’appui à la production et à la diffusion du matériel végétal. Cet objectif reposait sur :

  •  la production de 10 130 000 plants de Cacao;
  •  la production de 3 470 000 plants de Caféier Arabica ;
  •  la production de 2 020 000 plants de caféier Robusta.

NB : les objectifs ci-dessus reposent sur le Cofinancement FODECCPLANUT (Plan d’Urgence Triennal)

 Réalisations du Projet Sur financement FODECC

        A titre de rappel, entre 2014 et 2016, le PPDMVCC a sur la base de ses prévisions produit des réalisations suivantes :

Tableau ci-dessous: Tendance de l’évolution des objectifs de production des plants sur la période 2014- 2016

 

Composantes

2014

2015

2016

Prévisions

Réalisations

Prévisions

Réalisations

Prévisions

Réalisations

Cacao

5 371 000

5 371 000

7 825 000

5 822 588

9 195 000

9 717 487

Café Arabica

1 205 000

1 175 000

2 150 000

2 829800

2912 000

2 407 176

Café Robusta

608 000

575 500

850 000

381 000

1 013 000

518 020

 

 

 

 

 

 

Le tableau ci-dessus montre que, sur cette période triennale, les perspectives de production des plants de cacao et des cafés ont évolué de façon croissante. Ceci peut être justifié par l’engouement des producteurs au métier de la cacaoculture et de la caféiculture d’une part, et le besoin pour le Projet de relever les filières café sinistrées, d’autre part.L’expression de cet engouement s’est fortement justifiée par les niveaux de réalisation satisfaisants  pour ce qui est du cacao et des Cafés, ainsi que la disponibilité des semences de cacao et de café Arabica. Cependant, la production (réalisation) du café Robusta, bien qu’étant audessus de la moyenne, a connu une évolution en dents de scie timide, comparée au celles du cacao et du Café Arabica. Cette faiblesse est liée :

  • au faible taux de réussite de la production des plants à partir des boutures racinées du fait de la non maîtrise de cette technique de production par les pépiniéristes, en dépit des encadrements techniques à eux fournis dans la phase I du Projet
  •  à l’indisponibilité et l’arrivée tardive des boutures racinées auprès des bénéficiaires du fait de l’éloignement des centres de production des dites boutures (Nkolbisson, Baloua et Mbouroukou).

 

Le tableau ci-dessous présente la performance de réalisations dudit Projet pour le compte de l’exercice 2017. Ce Projet est rendu à sa seconde phase. 

 

SPECULATIONS

UNITE

PREVISION SUR FINANCEMENT FODECC

REALISATIONS

TAUX (en %)

PRODUCTION DES PLANTS

Cacao

Plant

2 080 000

2 620 000

125,96

Cafe Arabica

Plant

693 333

379 810

54,98

Cafe Robusta

Plant

400 000

113 070

28,26

TOTAL

3 173 333

3 112 830

98.02

SUPERFICIES CREEES

Cacao

Ha

1 725

2 179

126,3

Cafe Arabica

Ha

575

271

47,1

Café robusta

Ha

332

81

24,4

TOTAL

2 631

2 531

96,2

 

 

La production des plants de cacaoyers pour l’année 2017 était de 2 620 000
(soit 125,96% de réalisation), comparée à celle des cafés qui sont de
379 810 (54,78 %) pour le Café Arabica et 113 070 (soit 28,27 %) pour
le Café Robusta.

Le taux de réalisation très élevé pour la spéculation cacao se justifie par
l’augmentation des ressources allouées au paiement des plants de
cacaoyers sur autorisation du Comité de Gestion.

 

Diagramme comparé des Prévisions/ Réalisations de la production des plants de cacao et café en 2017

 

 

 

Ici sont mises en exergue et par spéculation les superficies créées à
partir des plants prêts produits dans les pépinières et diffusés aux
producteurs.

Comme la production des plants, les superficies emblavées sont
proportionnelles aux quantités des plants produits.

Diagramme comparé des Prévisions/Réalisations de superficies créées de plants de cacao et café en 2017

De façon globale, la performance de production des plants cacao/cafés et de création des nouvelles exploitations est de l’ordre de 98 % par rapport aux prévisions. Cependant, une
action particulière de nature incitative devrait être menée en faveur de la caféiculture connue sinistrée pour sa relance effective.

 

 

 

La région du Centre a produit 62,60 % de la production des plants de cacaoyers du PPDMVCC,
17,30 % ont été produits dans la Région du Sud. Les autres Régions productrices du cacao se répartissent
les 20,10 % de reproduction restante.

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux régions se sont reparti la production de la totalité des plants de cette spéculation. La Région de
l’Ouest a produit 34,96 % contre 65,04 % pour le Nord-Ouest.

 

 

 

 

 

 

Les régions de l’Ouest (26,78), du Littoral (26,78%),de l’Est (24,77 % et du Sud (12,20 %) ont couvert
presque toute la production des plants pour l’année 2017.

Les productions du Centre et du Sud-ouest sont dites marginales, et pourrait s’expliquer en partie par
l’engouement des producteurs pour la cacaoculture et le faible prix d’achat des cafés aux producteurs.

 

 

 

 

Entre 2014 et 2017, la production a évolué en dents de scie pour atteindre un pic en 2015 et 2016
respectivement pour le café Robusta et le cacao. Ce niveau de production maximal a connu une baisse
drastique jusqu’en 2017.

Cette décroissance se justifie dans l’ensemble par le baisse du niveau de la redevance et la non mise à
disposition des subventions du MINADER. De façon spécifique pour les cafés, leurs ressources ont été
diminuées en faveur de la production des plants de cacaoyers.

La Production du Café Arabica, qui s’avère par contre marginale, pourrait aussi se justifier par la démotivation des producteurs
liée au faible prix d’achat de leur produit marchand.

 

Comité de pilotage PAUEF2C

MINADER, PAUEF2C, Dossier spécial

Comité de pilotag...

Rechercher un document

Corps:

Nos Partenaires